Objectifs

PERMETTRE DES AVANCÉES SCIENTIFIQUES

Ce projet vise à comprendre les mécanismes d’initiation et le processus d’évolution des maladies chroniques inflammatoires. L’objectif est également d’identifier des facteurs environnementaux impliqués dans ces maladies et impactant le microbiote spécifique à chaque organe.

Ce projet permettra :

  • La mise en évidence du rôle central des dysfonctions des barrières d’organe dans les pathologies chroniques.
  • L’identification de nouveaux biomarqueurs d’imagerie ou biomarqueurs moléculaires de ces dysfonctions et le développement de nouveaux outils de vectorisation d’imagerie.
  • L’identification du rôle du microbiote d’organe et des vésicules extracellulaires comme ‘vecteurs’ de ces dysfonctions et source de nouvelles cibles thérapeutiques

Ce consortium doit donc permettre des avancées scientifiques significatives : l’objectif est d’acquérir une visibilité internationale en participant au décloisonnement de la recherche sur les organes. Les travaux développés doivent conduire à la (re)définition des barrières épithéliales et endothéliales comme éléments de diagnostic et/ou de suivi des pathologies chroniques et de leurs traitements.
En parallèle de ces étapes de recherche, des actions de développement et de partage d’outils sont menées. Enfin, un partenariat avec l’industrie agro-alimentaire ou des produits marins est mis en place pour démontrer les effets thérapeutiques du ciblage des barrières biologiques.

STRUCTURER CETTE THÉMATIQUE RÉGIONALE ET INTERRÉGIONALE

Ce consortium est le point de départ à la structuration future des unités par les partenaires impliqués dans ce projet. Il va dynamiser l’émergence de structures de recherche régionales, voire interrégionales centrées sur l’étude des pathologies chroniques et le maintien du bien-être.
Ce projet participe ainsi clairement à la structuration de la recherche régionale, sans pour autant « concurrencer » les structures déjà existantes en Immuno-transplantation-cancérologie dans le Grand Ouest. Ce consortium est aussi à l’interface de deux domaines de spécialisation régionale, l’alimentation et les bio-ressources, donc les thérapies de demain et la santé et va oeuvrer pour le dynamisme de ces interactions. Cette structuration permettra de pouvoir faire remonter cette thématique auprès de l’Europe en collaboration avec la région, en particulier dans les domaines de spécialisation régionale identifiés par l’UE (agro-alimentaire, santé, bien-être).

Afin de dynamiser cette structuration, des séminaires scientifiques seront organisés en faisant intervenir des acteurs locaux, nationaux ou internationaux, issus du monde académique ou industriel.

VALORISER LES RÉSULTATS

Un des objectifs de cette valorisation est que ce consortium devienne une référence nationale pour la caractérisation et le ciblage des barrières biologiques et leur microbiote dans la prise en charge de pathologies de références étudiées par l’ensemble des laboratoires partenaires. Il doit aussi permettre le développement d’approches d’études similaires pour d’autres pathologies chroniques, par exemple les pathologies psychiatriques ou métaboliques.
Ce consortium a aussi vocation à être identifié par des partenaires industriels régionaux ou nationaux afin de faire apparaître de nouvelles bio-fonctionnalités de molécules d’intérêt (produits agro-alimentaires, ressources biomarines, médicaments, alicaments…) et de nouvelles approches technologiques d’étude et ciblage des barrières (imagerie, vectorisation..).

CONSOLIDER LES FORMATIONS ACADÉMIQUES

Ce consortium doit aussi permettre de consolider et renforcer les formations académiques actuelles des Master de la nouvelle Université de Nantes :

  • en dynamisant l’attractivité de ces parcours dans lesquels enseignent les membres du consortium
  • en augmentant in fine le recrutement d’étudiants

Des actions d’enseignement et de diffusion des savoirs vers les industriels et le grand public seront également menées afin de communiquer sur les avancées du projet.